TÊTE-À-TÊTE
par Colette Save

Signe de vitalité, le verre se diversifie. Les jeunes artistes s'attachent, comme leurs aînés, à maîtriser sa technologie mais donnent priorité à leur expression. Anne-Lise Riond-Sibony peint «avec» le verre des portraits en trois dimensions qui racontent ce qu'elle a en tête.
Gamine, Anne-Lise dessine sur les papiers qui traînent. Plus tard, elle pratique, tout en téléphonant, le dessin automatique, crayonnant des portraits comme d'autres tracent des croix et des rébus. Mais il faut bien se résoudre aux choses sérieuses: I'école supérieure de commerce, qui donne accès au poste de conseil dans un cabinet américain implanté à Paris.
L'envie de peindre est là, bien au chaud, au creux du personnage jusqu'à ce qu'un mari, rencontré dans la même sphère conseillère, l'entraîne à New-York. C'est l'occasion pour Anne-Lise d'écouter ses pulsions.
Dans la grosse pomme, les offres de formation s'étalent sur des catalogues de 300 pages et Urban Glass, centre de formation verrière à mi-chemin entre hobby et formation professionnelle, l'accueille. C'est un lieu hybride, très vivant, où des artistes réputés soufflent des pièces fabuleuses, mais où les débutants sont invités à manier le pontil pour être dans le bain dès le premier jour. Des cours sont aussi donnés aux élèves de la Parsons School of Design. Anne-Lise rafle au passage un certificat de design industriel, section verre.
«De retour en France, dit-elle, après un stage avec Fernando Agostinho à Sars-Poteries, je me suis inscrite au Cerfav pour perfectionner ma technique du soufflage. Choix très dur qui m'a tenue deux ans, à Vannes-le-Châtel, loin de mes proches...»
Formation technique avec des intervenants comme Martine Durand-Gasselin, Véronique Monod, Fabio Fornassier (Jean-Baptiste Sibertin-Blanc pour le design) qui la conduit à un CAP de verrier à la main, suivi d'un diplôme de compagnon européen.
Anne-Lise pourrait, comme c'était au début son intention, monter un atelier de production à Paris, mais un ultime stage à New-York, toujours chez Urban Glass, en décide autrement.
... suite page suivante...

Revue de la Céramique et du verre n°117 - Avril 2001

<  >